Avec la démonstration d’une societé Israélienne sur la sécurité des voitures  connectées, le débat a été relancé quand aux défenses des constructeurs autos.

La societé israélienne de cybersécurité GuardKnox a jeté un pavé dan la mare lors de ce CES 2020 : sa présentation était ni plus ni moins une simulation de prise de contrôle d’un cockpit de F1, rien que ça.
 

Son directeur, Moshe Shlisel, a déclaré sur le salon « Prenons l’exemple d’un gros camion qui transporte du carburant. Imaginez un criminel qui parvient à en prendre le contrôle. Il peut l’envoyer dans le fossé ou dans un bâtiment. C’est le 11 septembre sur roues ».

Il faut savoir que les voitures sont de nos jours extrèmement connectées et comptent des dizaines de points d’entrée que des gens mal intentionnés se feraient le plaisir d’utiliser, si ce n’est pas déjà le cas.

Une centaine de cas en 2019

En 2019, plus d’une centaine de cas de détournements de véhicules et cybercriminalité automobile ont été dénombrés dans le monde. La plupart concernaient le verrouillage/déverrouillage à distance, mais aussi de plus en plus d’attaques directement sur les applications mobiles et serveurs. Les constructeurs sont déjà au courant et planchent dessus : et créent des bonnes pratiques en implémentant des directives de sécurité poussées dès la conception des véhicules. Quid des véhicules déjà sortis ? Personne ne le sait …

Author

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :