fbpx
Nouveau Récap’ cette semaine dont voici les sujets:
  • Cable Haunt: la faille maudite
  • Les innovations de l'armée américaine
  • Autre innovation de l'armée américaine: elle veut voir les visages dans le noir.
  • Elon Musk annonce un nouveau modèle de Tesla conçu en Chine.
  • Nouveau smartphone pliable chez Samsung

Cable Haunt: la faille maudite

200 millions. C’est le nombre de victimes potentielles, en Europe, d’une faille de sécurité découverte dans les modems câble (permettant l’accès à internet en étant connecté au réseau de TV par câble).  La responsable ? La puce Broadcom qui en équipe la plupart et dont le firmware est truffé de bugs, non protégé contre le DNS rebinding (déf ici https://www.cert.ssi.gouv.fr/information/CERTFR-2015-INF-001/) et qui utilise des identifiants par défaut, communs à toutes les puces. Cette puce a comme fonction d’analyser le spectre et protéger l’appareil des surtensions, mais est aussi utilisée par les FAI pour du débogage. À l’aide d’une simple page web piégée, il est possible d’en prendre le contrôle à distance et ainsi effectuer toutes sortes d’actions malveillantes comme espionner l’activité sur internet de l’utilisateur, rediriger le trafic vers des sites malveillants, ou encore ajouter l’ordinateur en question à un réseau de botnet (https://fr.wikipedia.org/wiki/Botnet)

Les modems xDSL et fibre ne sont pas concernés.

Pour les anglophones, un site dédié qui explique plus en détails cette faille et les risques potentiels est disponible à cette adresse https://cablehaunt.com/
Pour l’heure il est impossible de savoir si la faille concerne des appareils en France, seuls des opérateurs étrangers ont remonté l’information de la correction du problème. D’autres opérateurs peuvent avoir déployé un patch sans avertir les autorités compétentes ou n’ont tout simplement pas eu vent du problème. Affaire à suivre donc

Les innovations de l'Armée Américaine.

Des muscles pour les chiens-robots : A base de fibres de plastique, les muscles artificiels développés par les chercheurs seront sensibles aux stimuli de la même façon qu’un muscle naturel et permettront de décupler la puissance de la machine équipée. Une intelligence artificielle, en cours de développement, équipera les robots-soldats encore à l’étape de prototype afin de leur permettre de réagir et d’apprendre en temps réel dans des situations inédites, pour se rapprocher le plus possible des conditions sur le champ de bataille et ainsi leur permettre de « penser » par eux-mêmes.
Des mini-capteurs d’état et des décodeurs de pensée : En analysant la salive, le sang ou la sueur, des bio-capteurs placés sur la peau ou intégrés à l’équipement du soldat permettraient d’analyser son état de santé, son niveau de performances et de stress. Ils seraient résistants aux conditions extrêmes. De plus, l’Armée affirme aussi avoir développé un appareil décodant l’activité neuronale du soldat équipé et ainsi les traduire en pensées, pour connaître son état mental et ses réactions face aux stimuli et à la situation. Il est même possible de savoir où il regarde.
Des batteries non-inflammables : Ce n’est pas un secret, les batteries au lithium-ion qui équipent la plupart des appareils électroniques modernes contiennent des matières hautement inflammables. Pour un citoyen lambda le risque est minime, mais pour un soldat sur un champ de bataille, c’est un danger mortel. La batterie du futur fonctionnera donc avec des électrolytes aqueux, à base de sels de lithium non sensibles à la chaleur. « Cela permet aux batteries d’être stockées et utilisées dans une gamme de températures beaucoup plus large », explique Arthur von Wald Cresce, ingénieur en matériaux de l’armée.

Un kit pour faire sa batterie liquide : A partir d’une pastille d’alliage nanogalvanisé à base d’aluminium ajouté dans n’importe quel liquide, les chercheurs essaient de produire de l’hydrogène instantanément et sans catalyseur. Ce procédé vise à fabriquer une source d’énergie liquide dans n’importe quelle situation, puisque l’urine sera aussi utilisable.
Des pièces imprimées en 3D, plus résistantes : Une des grosses problématiques des réparations des véhicules de l’armée, c’est le temps nécessaire pour acheminer les pièces. Solution : les imprimer sur place avec une imprimante 3D grâce au procédé de « Powder Bed Fusion » : une poudre métallique spéciale est fondue par un laser en suivant un motif défini.

Les pièces réalisées ont une résistance supérieure d’environ 50 % à l’acier classique. Cette technologie pourra être combinée avec un algorithme prévu pour analyser des millions de combinaisons afin de créer des nouveaux matériaux aux propriétés potentiellement utiles. L’un d’eux est d’ailleurs un succès puisque c’est un matériau auto-réparant sous forme de gel imprimé en 3D et qui change de forme en fonction de la température

Autre innovation de l'armée américaine: elle veut voir les visages dans le noir

La reconnaissance faciale, le nec plus ultra de la sécurité biométrique pour le moment (les empreintes sont facilement reproductibles), est déjà largement utilisée par les armées du monde entier. Un des points noirs (jeu de mot) de cette technologie, c’est justement la difficulté à détecter un visage dans l’obscurité. Apple avec son FaceID a bien avancé puisqu’il s’appuie sur l’infrarouge et peut donc relativement bien reconnaître son utilisateur quand celui-ci est plongé dans le noir.
Mais cela implique de tenir l’appareil à une distance relativement proche du visage, et ne peut donc pas s’appliquer à l’identification de personnes ou de cibles à longue distance dans le cas de missions de reconnaissance ou d’espionnage. Même technologie donc, de l’infra-rouge, couplée à un algorithme qui analyse les différences de température sur le visage et le reconstitue avant de l’identifier.

Perçant l’obscurité mais aussi le brouillard et les pare-brises sur une distance jusqu’à 500 mètres, c’est une mise à jour majeure pour cette technologie qui se développe de plus en plus vite, suscitant de vives polémiques quant à son utilisation publique pour identifier les manifestants par exemple. La Chine nous donne un aperçu d’un pays entièrement surveillé et ce n’est pas vraiment beau à voir.
Les sociétés mandatées par l’Armée pour s’occuper de ce développement sont Cyan Systems, Inc. et Polaris Sensor Technologies. Ces deux entreprises possèdent des brevets concernant la reconnaissance infrarouge et thermique, et travaillent sur des moyens d’affiner les images captées par ces deux modes de reconnaissance.

Les travaux de recherche sur le sujet sont chapeautés par la Defense Forensics and Biometrics Agency (DFBA). Selon son directeur, la reconnaissance faciale permet aux militaires de décider plus rapidement et avec certitude s’il est nécessaire d’éliminer une cible, c’est pourquoi un budget massif y est attribué.

Elon Musk annonce un nouveau modèle de Tesla conçu en Chine.

Durant une cérémonie organise à la Gigafacory de Shanghai, le patron de Tesla, Elon Musk a Annonce la création d’un nouveau modèle de voiture électrique. Si les pas de danse d’Elon Musk ont fait rire la foule a l’occasion de la cérémonie organise par Tesla a l’occasion des premières livraisons du Model 3 made in china, le CEO de l’entreprise de voiture électrique a aussi fait des annonces plus sérieuses. La Gigafactory situe à Shanghai qui produit déjà les Model 3, produira prochainement les nouveaux Model Y, de plus Elon a également annoncé travailler sur un véhicule conçu et produit en Chine. « Quelque chose qui serait super cool […] donc nous allons le faire […] serait d’essayer de créer un centre de design et d’ingénierie en Chine pour réellement concevoir des voitures inédites en Chine pour le marché mondial », a annonce Elon Musk. Tesla a publié sur WeChat et Weibo, un appel aux candidatures pour son futur centre de design en d’ingénierie. La marque souhaiterait s’inspirer du design chinois pour sa future voiture électrique et a également publié un croquis. Le véhicule ressemble au SUV Model Y mais pas nécessairement à la future Tesla chinoise. Cette future Tesla « Model C » (nom non officiel) est encore bien mystérieuse. On ne sait rien sur le positionnement de gamme de la future Tesla. Dans le cas où elle se placerait sous le Model 3, elle pourrait être très intéressante pour la marche européenne. En effet, cette dernière est encore chère et un modèle plus abordable et compact par exemple rencontrerait un très grand succès.  

Nouveau Edge, une renaissance

Ce Mercredi 15 Janvier, Microsoft Edge est mort. Enfin pas tout à fait. La version d’origine qui avait remplacé Internet Explorer en 2015 dans Windows 10 renaît telle le Phénix et a complètement changé. Cette nouvelle version est basée sur Chromium, un navigateur libre qui sert de base à d’autres navigateurs libres ou propriétaires, comme Google Chrome (auquel elle ressemble assez) ou Iridium. Elle est donc plus stable, et la plupart des sites webs étant optimisés pour Chrome s’afficheront donc à l’identique dans Edge. Elle permet donc la compatibilité avec les extensions Chrome, Microsoft ayant annoncé la facilité d’import et demandé aux développeurs d’extensions de le faire quelque temps avant la sortie officielle. Les données personnelles telles que les favoris, les mots de passe et les comptes peuvent être importés depuis les autres navigateurs (Firefox, Chrome ou autre) ainsi que depuis le compte Microsoft si vous en avez un. Différence notable avec Chrome, le moteur de recherche Google est remplacé par Bing ce qui n’est pas une surprise. Elle est d’ores et déjà téléchargeable pour toutes les plateformes sauf Linux (pour l’instant, Microsoft a annoncé travailler sur le portage) et évidemment il est possible de synchroniser les appareils entre eux afin de retrouver tout son contenu mobile sur pc et vice-versa. Pour ceux qui ne sont pas pressés, l’installation se fera automatiquement par le biais d’une mise à jour Windows obligatoire qui devrait arriver prochainement. Pas de panique, Microsoft propose aussi un Blocker Toolkit qui permet d’empêcher cette mise à jour, surtout dédié aux entreprises pour éviter tout problème de compatibilité.

Nouveau smartphone pliable chez Samsung

Samsung a dévoilé récemment un rendu de son prochain smartphone pliable : le Galaxy Z Flip. La mode hype des smartphones pliables n’en finira donc pas de s’arrêter ! Après un Galaxy Fold controversé mais néanmoins une réussite sur le plan financier (entre 400 000 et 500 000 exemplaires vendus), la marque coréenne a planché sur son successeur : le Galaxy Z Flip.
C’est du site LetsGoDigital que viendrait la fuite du rendu officiel. On peut voir dessus un rendu similaire à celui du Motorola Razr, à savoir un écran Amoled pliable à l’horizontale et la présence d’un seconde écran au dos, avec la possibilité de toute faire comme sur l’écran principal. Pas d’informations quand à l’autonomie, mais l’APN devrait être un double capteur de 12MPx, soit le même que celui du Galaxy S10. Autre information importante : l’organisme chinois a certifié la batterie du smartphone comme étant compatible charge rapide 15W.

Sortie officielle le 11 février.

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :