fbpx

Qui n’a jamais eu envie de replonger dans son enfance, de vaincre à nouveau tous ces boss de fins qui nous paraissaient invincibles lors de notre tendre jeunesse ? Ma génération est celle de la GameBoy Advance, ses Mario Kart, Mario Bros, et autres Pokémon. Pas si vieux me direz-vous, mais il faut dire que les technologies ont énormément évolué depuis ce temps là, et les jeux aussi.

Il y a quelques temps, je me suis souvenu de mes longues parties, et d’un air nostalgique, ai téléchargé un émulateur pour reprendre en main les jeux de ma défunte GameBoy Advance. J’ai commencé par essayer sur mon smartphone, mais les touches apparaissant à l’écran, l’image était soit altérée par celles-ci, soit rétrécie. L’option d’une manette supplémentaire aurait pu me convaincre, mais j’ai voulu pousser l’expérience rétrrogamin un peu plus loin.

C’est alors que je suis tombé sur la BittBoy, petite console chinoise équipée de nombreux émulateurs et d’un système d’exploitation basé sur Linux. Reprenant le design d’une GameBoy première du nom, celle-ci aurait pu me satisfaire, bien que ne possédant pas de boutons L et R, indispensables pour jouer à la GBA. J’ai donc voulu tenter l’expérience de précommander sa petite soeur, la BittBoy PocketGo, qui opte pour un design proche de la GBA, et une expérience d’émulation sur le papier très intéressante. Va-t-elle me séduire ?

Caractéristiques

Avant de rentrer dans le test en lui même, voici les caractéristiques techniques de la machine :

 Processeur Allwinner F1C100S
 RAM 32MB
 Écran IPS 2.4″ (320×240)
 Boutons L,R, Croix directionnelle, Start, Select, A, B, X, Y, slider volume, slider power, bouton menu
 Ports AV, Jack, Micro-USB, MicroSD jusqu’à 128Go
 Batterie 1000mAh
 Dimensions 12.3cm x5.6cm x 1.4cm
 Poids 100g
 Prix 40€

A première vue, la console semble très peu puissante. Ses petits 32Mb de RAM et son processeur initialement conçu pour les e-readers ne montrent pas le contraire. On attend donc une optimisation logicielle quasi parfaite afin de tirer profit au maximum de cette petite console.

Le design

D’apparence, cette console pourrait presque ressembler à une GameBoy à mi-chemin entre la GameBoy Advance et la GameBoy Micro. SI bien qu’un collègue m’a demandé quel modèle de GameBoy c’était. La qualité est au rendez-vous, l’appareil est léger mais robuste, l’effet métalisé de la tranche est bien réalisé, les boutons sont agréables à utiliser, bref, que de points positifs à première vue. A savoir que les boutons A, B, X et Y sont noirs et violets foncés d’origine, mais que des boutons d’autres couleurs sont facilement installables et fournis avec la console, à condition de savoir retirer quelques petites vis. Ce que j’ai fais sur cette magnifique console que vous pouvez admirer ci-dessous.

Le système d'exploitation

Comme évoqué précédemment, cette console n’est pas l’une de ces consoles asiatiques de mauvaise qualité avec une centaine de doublons et copies de jeux préinstallés. Cette PocketGo est une vraie petite console, dotée de son propre système d’exploitation. NxHope est le système d’exploitation bien obscure installé à l’origine sur la console. Ou tout du moins sur sa carte SD. La PocketGo ne disposant pas de mémoire interne, l’OS est stocké sur une carte de 8Go, fournie lors de l’achat. Vous pouvez bien entendu changer cette carte pour une plus grande, et réinstaller le système via le guide fourni par les développeurs. Ce système basé sur Linux est très pratique, et peut donc facilement être mis à jour par la suite par des développeurs tiers, ce qui ne fige pas cette console dans le temps, bien vu BittBoy !

En terme d’interface, tout est on ne peut plus simple, on navigue via les boutons (qui sont de très bonne qualité et répondent bien), on choisit son émulateur, et on commence à jouer ! Rien de sorcier ici, la carte fournie dispose de quelques jeux, mais je vous conseille de mettre a jour le firmware avant toute chose, et par la suite ajouter votre propre bibliothèque.

Les émulateurs

Un beau design et une belle interface, c’est bien. Une console pleinement fonctionnelle, c’est mieux ! La PocketGo possède de nombreux émulateurs, si bien que je n’ai pas pu tous les tester. J’ai cependant pu essayer les principaux, et ainsi me faire un avis sur la jouabilité des différentes consoles émulées.

Pour rappel, cette console est capable de lire des jeux de Gameboy, Gameboy Color, Gameboy Advance, NES, Super Nintendo, Sega Master System, Megadriven Atari 2600, Lynx, Pc Engine, Arcade (MAME), NeoGeo, PokeMini, Wonderswan, PS1 et divers portages de jeux MS-DOS.

Wolfenstein 3D, un classique émulé parfaitement par la petite console
Le légendaire DOOM, que la PcoketGo fait tourner sans issue

Étonnamment ,bien que la PocketGo soit peu puissante, elle permet grâce à une optimisation logicielle plus que correcte, de lire sans difficulté les jeux Gameboy, GameBoy Color, GameBoy Advance, et NES. Les jeux DOS que j’ai testé, comme DOOM et Wolfenstein 3D (les jeux originaux aux graphismes d’époque bien entendu), tournent à la perfection. L’arcade tourne pour la plupart des jeux relativement bien, à part quelques ralentissements par ci par là.

J’ai cependant rencontré quelques difficultés avec la Super Nintendo, les jeux nécessitant des puces supplémentaires à l’époque étant injouables du à la faible puissance du processeur de la petite console. Dommage. Pas de F-Zero, ni de Starwing au programme. Pas non plus de PS1 malheureusement, cette console est tout simplement injouable à moins de se contenter de 15 images par secondes.

Vous pourrez cependant puiser dans le catalogue GBA, cette console proposant des jeux de Super Nintendo remis au gout du jour, et fonctionnant de manière plus fluide.

A noter que chaque émulateur dispose de son menu de réglage, permettant de paramétrer au mieux chacune des consoles. Ainsi, chacun pourra par exemple choisir la façon dont s’affichent les jeux de la première GameBoy, afficher ou non le nombre d’images par secondes, sauvegarder même si le jeu d’origine ne le propose pas, et beaucoup d’autres options.

Les petits problèmes

J’ai pour le moment fait l’éloge de cette petite console, cependant il y a quelques petits point intéressants à noter.

L’écran bien que donnant des résultats plus qu’excellents, possède deux problèmes majeurs. Le premier est facilement réparable. En effet, d’origine, la lumière fuit vers le centre, donnant une sensation très désagréable. Il faut être aventureux et démonter la console pour appliquer de l’adhésif opaque tout autour de l’écran IPS afin de ne plus observer cet élément désagréable. Cela aurait du, même pour quelques euros supplémentaires, être réglé en usine ! Autre problème, irréparable à l’heure actuelle : le screen tearing. Si vous ne savez pas ce qu’est le screen tearing, c’est tout simplement le décor de votre jeu qui semble découpé par des lignes invisibles lorsque les choses vont un peu trop vite. Si les développeurs indépendants se penchent actuellement sur le problème, beaucoup d’indices laissent penser que celui-ci est matériel et non logiciel. Ce problème existe, mais n’empêche en rien de jouer correctement. On a même vite tendance à l’oublier.

Dois-je l'acheter ?

La question finale. Doit-on craquer pour la PocketGo ? Si vous ne possédez pas de consoles pouvant émuler, si l’émulation sur téléphone vous dérange, que vous ne souhaitez pas investir dans une manette pour smartphone, et que vous avez pris conscience des limites et des problèmes mineurs de ce produit, assurément. Autrement, vous devez sûrement passer votre chemin. Si vous souhaitez plus de performances, il faudrait se tourner vers des solutions plus chères, comme la LDK Games, ou encore la RS97.

J’apprécie beaucoup la PocketGo, j’ai découvert ici une nouvelle façon de jouer aux jeux de mon enfance. L’écran est excellent, le son est puissant et fidèle aux consoles originales, les émulateurs suffisamment rapides pour mon usage. Bref, un très bon produit malgré quelques défauts, vite oubliés face à son prix.

Liens utiles

Retromimi , site officiel pour commander la console (sans frais de douane), disponible également sur Aliexpress.

Le site du développeur Jutley , détaillant la mise à jour et autres procédures pour la PocketGo et de sa grande soeur, la BittBoy.

 

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It
%d blogueurs aiment cette page :